Manger ou ne pas manger, telle est la question : Comment les praticiens de la psychologie de la santé peuvent-ils aider les gens à gérer la sécurité alimentaire ?

Posted Posted in Automaticity, Habit, Self-efficacy

Par Barbara Mullan, Curtin University, Australia

Étendue du problème

Chaque année, une personne sur dix dans le monde (environ 600 millions de personnes) tombe malade après avoir consommé des aliments contaminés, et jusqu’à 420 000 personnes en meurent. Il existe de grandes différences géographiques dans la localisation de ces cas, les régions d’Afrique, d’Asie du Sud-Est et de Méditerranée orientale supportant la charge la plus élevée de maladies d’origine alimentaire (pour plus de détails sur la charge de morbidité par région, cliquez ici). Outre ces différences géographiques, il existe également de grandes différences dans les types d’agents responsables des maladies d’origine alimentaire (par exemple, les virus, les bactéries, les parasites).

(more…)

Aider les femmes enceintes à arrêter de fumer : partage des meilleures pratiques du Royaume-Uni

Posted Posted in Financial Incentives, Smoking cessation

Par Felix Naughton, Université d’East Anglia, Royaume-Uni

Entre 25 et 50% des fumeuses arrêtent de fumer après avoir découvert qu’elles sont enceintes. Mais pourquoi les autres continuent-elles à fumer tout au long de leur grossesse ?

Ne savent-elles pas que fumer pendant la grossesse est nocif ? Elles le savent généralement. Une de nos études au Royaume-Uni, qui incluait des femmes enceintes motivées et non motivées à arrêter, a révélé que 99% étaient d’accord dans une certaine mesure avec l’affirmation « fumer pendant la grossesse peut causer de graves dommages à mon bébé », avec environ 75% « tout à fait d’accord» ou « extrêmement d’accord ». Pourtant, moins de 10% d’entre elles étaient abstinentes 12 semaines plus tard. Si une tentative d’arrêt est plus probable chez les femmes  qui ont de fortes croyances négatives sur le tabagisme pendant la grossesse, cela ne semble pas augmenter les chances de succès. 

(more…)

Améliorer la livraison de conseils succincts sur la consommation d’alcool dans les soins primaires : points de vue des deux côtés de la table de consultation

Posted Posted in Assessment, Brief behavioural intervention, Goal setting, Habit, Planning

Par Amy O’Donnell, Newcastle University, UK

Le niveau de consommation d’alcool a récemment baissé dans certaines régions d’Europe, en particulier chez les jeunes. Toutefois, la consommation excessive d’alcool reste un facteur de risque majeur d’un mauvais état de santé et de décès précoce. Donner de brefs conseils simples aux personnes identifiées comme gros buveurs peut contribuer à réduire la quantité d’alcool consommé, en particulier lorsqu’ils sont dispensés par des cliniciens en soins primaires tels que les médecins généralistes ou les infirmières. Les conseils succincts sur l’alcool impliquent une brève conversation structurée, basée sur des preuves, qui vise à motiver et à soutenir un patient à envisager un changement de son comportement de consommation d’alcool afin de réduire les risques pour sa santé. Nous n’avons pas encore totalement identifié les ingrédients clés de ces conversations, mais fournir un retour d’information personnalisé sur la consommation d’alcool d’un patient, et l’encourager à surveiller lui-même sa consommation, semblent être des éléments particulièrement efficaces.

(more…)

Rester en bonne santé tout en restant chez soi

Posted Posted in Acceptance and Commitment Therapy, Coping, Habit, Mental Health, Planning, Routines, Self-monitoring, SMART Goals

Par Dr Federica Picariello et Professeur Rona Moss-Morris, King’s College London, Royaume-Uni.  

En quelques semaines, la vie quotidienne a radicalement changé dans le monde entier, et l’incertitude s’est emparée de notre avenir à la suite de la pandémie COVID-19. Au-delà de la nécessité immédiate et urgente de ralentir la propagation de COVID-19 par un changement rapide et généralisé des comportements (c’est-à-dire l’isolement, l’éloignement social et la quarantaine), il faut tenir compte de l’impact sur le bien-être mental et physique pour permettre une intervention précoce et atténuer les conséquences à plus long terme.

(more…)

Comment maintenir les comportements de santé à long terme ?

Posted Posted in Habit, Motivation, Self-monitoring, Self-regulation

Par Dominika Kwasnicka, Université de SWPS, Pologne et l’Université de Melbourne, Australie 

L’objectif ultime des programmes de promotion de la santé est de promouvoir un changement durable – les professionnels de la santé peuvent jouer un rôle et aider les patients à améliorer leur état de santé et à maintenir un changement de comportement. Nous savons que le changement de comportement en matière de santé est difficile à amorcer et qu’il peut être encore plus difficile à maintenir sur le long terme. Une grande question en psychologie de la santé est de savoir pourquoi le maintien est si difficile.

(more…)

Arrêtez de faire l’autruche ! Les avantages à aider les gens à surveiller leurs progrès

Posted Posted in Self-monitoring

Par Thomas L. Webb, Department of Psychology, The University of Sheffield, the UK

Comment allez-vous atteindre votre objectif de réduire la quantité de sucre que vous mangez et de perdre 10 kg ? Il y a de fortes chances que vous ne sachiez pas vraiment – ou ne vouliez même pas savoir. Dans de telles situations, les gens ont tendance à se comporter comme des autruches et à s’enfoncer la tête dans le sable, en évitant ou en rejetant intentionnellement des informations qui les aideraient à surveiller la progression vers leur objectif. Les recherches sur ce « problème de l’autruche » suggèrent que les gens ne suivent souvent pas leurs progrès (par exemple, monter sur des balances, lire les paquets de nourriture qu’ils achètent), en partie, car cela peut les faire se sentir mal dans leur peau – par exemple, ils se rendent compte qu’ils pèsent plus que prévu et qu’ils consomment toujours trop de sucre. Cependant, la théorie et les preuves suggèrent que la surveillance des progrès aide les gens à identifier les écarts entre leurs états actuels et leurs états souhaités qui justifient une action. Cela implique qu’en évitant la surveillance, il est difficile d’identifier la nécessité d’agir et la manière la plus appropriée de le faire. Le problème de l’autruche représente donc une opportunité pour les professionnels de la santé (et autres) d’aider les gens à suivre leurs progrès et à tirer parti des avantages de le faire. Peut-être pas surprenant alors, nous avons trouvé de bonnes preuves que le fait d’inciter les gens à suivre leurs progrès les aide à attendre des objectifs dans plusieurs domaines.

(more…)

La pandémie de COVID-19 : la science du comportement au service de la lutte contre la pandémie

Posted Posted in Communication

Par Shane Timmons, Economic and Social Research Institute, Irlande

Les gouvernements du monde entier se sont mobilisés pour tenter de contrôler la propagation du nouveau coronavirus, mais le comportement des individus sera essentiel à leur succès. Nous – l’unité de recherche comportementale de l’Institut de recherche économique et sociale de Dublin (the Behavioural Research Unit, Economic and Social Research Institute, Dublin) – travaillons avec le Ministère de la santé d’Irlande afin d’éclairer leur réponse à la pandémie COVID-19. Dans le cadre de ce travail, nous avons examiné plus de 100 articles scientifiques et avons commencé à tester des moyens de communiquer au mieux avec le public, avec des leçons pertinentes pour les professionnels de psychologie de la santé. Dans notre revue, nous nous concentrons sur la littérature pertinente pour trois domaines qui ont constitué la base des messages de santé publique dans de nombreux pays : l’hygiène des mains, le toucher du visage et l’isolement. Nous abordons également la littérature plus générale sur la manière de motiver un comportement utile et de communiquer de manière efficace en cas de crise.

(more…)

L’importance d’évaluer les stratégies d’adaptation des patients

Posted Posted in Assessment, Coping

Par Nadia Garnefski et Vivian Kraaij, Département de psychologie clinique, Université de Leiden, Pays-Bas

« Rob vient d’entendre qu’il est infecté par le virus de VIH (événement négatif). Il pense qu’il est le seul à blâmer (blâme de soi) et il évite de voir ses amis (retrait). La situation le rend triste. Assis à la maison, il n’arrête pas de penser à ses sentiments (rumination) et croit que ce qui lui est arrivé est un désastre complet (catastrophisation). Parce qu’il se sent triste, il a peu d’énergie. En conséquence, il se retire encore plus. Cela le rend encore plus triste. De cette façon, Rob est entraîné dans une spirale descendante. »

(more…)

Vos clients sont-ils défensifs ? Si c’est le cas, l’affirmation de soi peut aider.

Posted Posted in Communication, Motivation, Self-affirmation, Self-efficacy

Peter Harris et Ian Hadden, The Self-Affirmation Research Group, School of Psychology, University of Sussex, Royaume-Uni

Avez-vous déjà hésité à faire face à quelque chose que vous préférez ignorer ? Peut-être votre penchant pour quelque chose de mauvais pour vous, que vous mangez trop souvent, ou votre tendance à éviter les bilans de santé ? Vous n’êtes pas seul. La plupart d’entre nous pensent être des gens assez sensibles et compétents. Donc, se faire dire que quelque chose que nous faisons n’est ni vraiment sensé ni compétent peut être difficile. En conséquence, nous pouvons être habiles pour résister aux messages que nous préférons ne pas entendre.

(more…)

Devenir une meilleure version de soi pour changer son comportement

Posted Posted in Mental Imagery, Possible selves

Winifred Gebhardt, Université de Leiden, Pays-Bas

Il y a environ neuf ans, je suis devenu végétarien du jour au lendemain. Dans un roman que je lisais, le personnage principal expliquait comment il ne pouvait rien manger « dans lequel un cœur battait à un moment donné ». Comme un coup de foudre, ces mots ont sombré. Je me suis rendu compte que c’était exactement ce que je ressentais. J’ai arrêté de manger de la viande et du poisson instantanément et je n’ai eu aucun problème à m’en tenir à ce nouveau régime depuis. Le nouveau comportement correspond parfaitement à la « personne que je suis ».

Inversement, jadis, je faisais du jogging régulièrement et pouvais courir facilement sept kilomètres. Cependant, je ne me suis jamais considéré comme une « personne sportive » et, chaque fois qu’une barrière telle qu’une maladie se présentait, je tombais dans le fait d’être une patate de canapé. Je n’essaye plus d’être « sportive » mais de marcher quand je peux pendant la journée. Je me considère comme une « personne active ».

(more…)