Arrêtez de faire l’autruche ! Les avantages à aider les gens à surveiller leurs progrès

Posted Posted in Self-monitoring

Par Thomas L. Webb, Department of Psychology, The University of Sheffield, the UK

Comment allez-vous atteindre votre objectif de réduire la quantité de sucre que vous mangez et de perdre 10 kg ? Il y a de fortes chances que vous ne sachiez pas vraiment – ou ne vouliez même pas savoir. Dans de telles situations, les gens ont tendance à se comporter comme des autruches et à s’enfoncer la tête dans le sable, en évitant ou en rejetant intentionnellement des informations qui les aideraient à surveiller la progression vers leur objectif. Les recherches sur ce « problème de l’autruche » suggèrent que les gens ne suivent souvent pas leurs progrès (par exemple, monter sur des balances, lire les paquets de nourriture qu’ils achètent), en partie, car cela peut les faire se sentir mal dans leur peau – par exemple, ils se rendent compte qu’ils pèsent plus que prévu et qu’ils consomment toujours trop de sucre. Cependant, la théorie et les preuves suggèrent que la surveillance des progrès aide les gens à identifier les écarts entre leurs états actuels et leurs états souhaités qui justifient une action. Cela implique qu’en évitant la surveillance, il est difficile d’identifier la nécessité d’agir et la manière la plus appropriée de le faire. Le problème de l’autruche représente donc une opportunité pour les professionnels de la santé (et autres) d’aider les gens à suivre leurs progrès et à tirer parti des avantages de le faire. Peut-être pas surprenant alors, nous avons trouvé de bonnes preuves que le fait d’inciter les gens à suivre leurs progrès les aide à attendre des objectifs dans plusieurs domaines.

(more…)

La pandémie de COVID-19 : la science du comportement au service de la lutte contre la pandémie

Posted Posted in Communication

Par Shane Timmons, Economic and Social Research Institute, Irlande

Les gouvernements du monde entier se sont mobilisés pour tenter de contrôler la propagation du nouveau coronavirus, mais le comportement des individus sera essentiel à leur succès. Nous – l’unité de recherche comportementale de l’Institut de recherche économique et sociale de Dublin (the Behavioural Research Unit, Economic and Social Research Institute, Dublin) – travaillons avec le Ministère de la santé d’Irlande afin d’éclairer leur réponse à la pandémie COVID-19. Dans le cadre de ce travail, nous avons examiné plus de 100 articles scientifiques et avons commencé à tester des moyens de communiquer au mieux avec le public, avec des leçons pertinentes pour les professionnels de psychologie de la santé. Dans notre revue, nous nous concentrons sur la littérature pertinente pour trois domaines qui ont constitué la base des messages de santé publique dans de nombreux pays : l’hygiène des mains, le toucher du visage et l’isolement. Nous abordons également la littérature plus générale sur la manière de motiver un comportement utile et de communiquer de manière efficace en cas de crise.

(more…)

L’importance d’évaluer les stratégies d’adaptation des patients

Posted Posted in Assessment, Coping

Par Nadia Garnefski et Vivian Kraaij, Département de psychologie clinique, Université de Leiden, Pays-Bas

« Rob vient d’entendre qu’il est infecté par le virus de VIH (événement négatif). Il pense qu’il est le seul à blâmer (blâme de soi) et il évite de voir ses amis (retrait). La situation le rend triste. Assis à la maison, il n’arrête pas de penser à ses sentiments (rumination) et croit que ce qui lui est arrivé est un désastre complet (catastrophisation). Parce qu’il se sent triste, il a peu d’énergie. En conséquence, il se retire encore plus. Cela le rend encore plus triste. De cette façon, Rob est entraîné dans une spirale descendante. »

(more…)

Vos clients sont-ils défensifs ? Si c’est le cas, l’affirmation de soi peut aider.

Posted Posted in Communication, Motivation, Self-affirmation, Self-efficacy

Peter Harris et Ian Hadden, The Self-Affirmation Research Group, School of Psychology, University of Sussex, Royaume-Uni

Avez-vous déjà hésité à faire face à quelque chose que vous préférez ignorer ? Peut-être votre penchant pour quelque chose de mauvais pour vous, que vous mangez trop souvent, ou votre tendance à éviter les bilans de santé ? Vous n’êtes pas seul. La plupart d’entre nous pensent être des gens assez sensibles et compétents. Donc, se faire dire que quelque chose que nous faisons n’est ni vraiment sensé ni compétent peut être difficile. En conséquence, nous pouvons être habiles pour résister aux messages que nous préférons ne pas entendre.

(more…)

Devenir une meilleure version de soi pour changer son comportement

Posted Posted in Mental Imagery, Possible selves

Winifred Gebhardt, Université de Leiden, Pays-Bas

Il y a environ neuf ans, je suis devenu végétarien du jour au lendemain. Dans un roman que je lisais, le personnage principal expliquait comment il ne pouvait rien manger « dans lequel un cœur battait à un moment donné ». Comme un coup de foudre, ces mots ont sombré. Je me suis rendu compte que c’était exactement ce que je ressentais. J’ai arrêté de manger de la viande et du poisson instantanément et je n’ai eu aucun problème à m’en tenir à ce nouveau régime depuis. Le nouveau comportement correspond parfaitement à la « personne que je suis ».

Inversement, jadis, je faisais du jogging régulièrement et pouvais courir facilement sept kilomètres. Cependant, je ne me suis jamais considéré comme une « personne sportive » et, chaque fois qu’une barrière telle qu’une maladie se présentait, je tombais dans le fait d’être une patate de canapé. Je n’essaye plus d’être « sportive » mais de marcher quand je peux pendant la journée. Je me considère comme une « personne active ».

(more…)

Les études N-de-1 : Que pouvons-nous apprendre en étudiant un seul cas ?

Posted Posted in Assessment, Interventions

Marie Johnston and Derek Johnston, University of Aberdeen, Scotland

Les praticiens veulent souvent la réponse à un seul cas, comme un problème de santé concernant une personne, une équipe soignante, un hôpital ou une région, etc. Par exemple, il peut être important de savoir à quelle fréquence un homme obèse mange des collations, quand et où il mange, et si le stress a un effet sur son comportement. Ou vous voulez peut-être savoir à quelle fréquence les membres de l’équipe soignante omettent de se laver les mains, si leur état de santé s’aggrave lorsqu’ils sont en sous-effectif et si les messages de santé les améliorent. Vous pouvez également rechercher des sources d’erreurs cliniques pour vérifier si elles sont plus courantes dans certains services ou pour certains grades du personnel. Ou, au niveau politique, il pourrait être utile de rechercher si une nouvelle loi, tel qu’une interdiction de fumer dans les lieux publics, a eu une incidence sur les taux de tabagisme.

Vous pouvez essayer de répondre à ces questions en demandant aux gens ce qu’ils pensent ou ce dont ils se souviennent, mais il serait préférable de demander ou d’observer aux moments et aux endroits critiques pour éviter les problèmes de partialité et d’oubli. Les dernières avancées technologiques telles que la surveillance numérique avec les smartphones facilitent le suivi de ce qui se passe en temps réel, et une étude portant sur 1 seul cas pourrait vous permettre de répondre à votre question.

Des études portant sur 1 cas sont possibles lorsque le problème peut être évalué à plusieurs reprises pour examiner l’évolution individuelle au fil du temps. Ensuite, on peut décrire le problème et examiner s’il est meilleur ou pire dans certaines conditions. On peut aussi introduire une nouvelle intervention ou un nouveau traitement et déterminer s’il produit l’effet estimé.

L’évaluation la plus simple des données collectées est l’observation des tendances sur un graphique, comme dans les illustrations ci-dessous. C’est une étape essentielle dans toute analyse d’étude n-de-1 qui peut être suffisante. De plus, il existe des méthodes d’analyses statistiques pour des études n-de-1. Des méthodes statistiques plus complexes continuent d’être développées (par exemple, des méthodes d’évaluation du changement dynamique).

(more…)

Activité physique chez les personnes âgées : combien suffit-il ?

Posted Posted in Goal setting, Motivational interviewing, Self-monitoring

Anne Tiedemann, The University of Sydney, Australia

« Le manque d’activité détruit le bon état de tout être humain, tandis que le mouvement et l’exercice physique méthodique le préservent » … Platon, 400 BC.

On sait depuis longtemps que faire de l’activité physique une habitude régulière est important pour la santé et le bien-être. Toutefois, les messages de promotion de la santé ciblent souvent les enfants et les jeunes, l’accent étant moins mis sur l’importance de l’activité physique chez les personnes âgées de 65 ans et plus. Cependant, le vieillissement est un moment crucial pour faire de l’activité physique une partie de quotidien.

(more…)

Soulever le sujet du poids lors d’une consultation

Posted Posted in Communication

Jane Ogden, University of Surrey, UK

Le poids d’une personne est un sujet délicat à aborder lors d’une consultation. Certains patients peuvent en avoir assez d’entendre la phrase « vous pourriez perdre un peu de poids » chaque fois qu’ils se rendent à la clinique : qu’ils soient venus en raison d’un mal de gorge, d’un frottis cervical ou d’un problème cardiaque potentiel. Ils se sont peut-être sentis stigmatisés au cours de leur vie par les professionnels de santé et pensent que tout ce qu’ils voient est la taille de leur corps. Bien que ce soit le cas pour certaines personnes, d’autres peuvent ne jamais avoir considéré leur poids comme un problème et pourraient être insultés ou surpris si on commence à en parler. Certaines personnes ne veulent simplement pas entendre le message et bloquent tout ce qui est dit, en pensant, par exemple, « que savez-vous – vous êtes maigre / gros / trop jeune / trop vieux » ou « la science n’a jamais raison ». Soulever le sujet du poids nécessite donc une gestion prudente de « quand », « comment » et « quoi » est dit à une personne en surpoids.

(more…)

Auto-efficacité : la croyance « je peux le faire » qui permet aux gens de changer leur mode de vie

Posted Posted in Motivation, Self-efficacy

By Ralf Schwarzer, Freie Universität Berlin, Germany and SWPS University of Social Sciences and Humanities, Poland

Changing behavior may often be desirable but difficult to do. For example, quitting smoking, eating healthily and sticking to a physical exercise regimen all require motivation, effort, and persistence. While many psychological factors play a role in behavior change, self-efficacy is one of the most important.

(more…)

Raconter des histoires en prenant soins des autres

Posted Posted in Social Support

Irina Todorova, Health Psychology Research Center in Sofia, Bulgaria

Prendre soin de ses proches âgés, parfois avec une santé fragile, peut impliquer une expérience compliquée et déroutante, à la fois gratifiante et frustrante. La science médicale aide les gens à vivre plus longtemps et en meilleure santé et, dans certains cas, peut ralentir le déclin cognitif qui accompagne souvent le vieillissement. La façon dont les familles s’occupent de leurs membres plus âgés, ainsi que la signification du vieillissement, de la démence et des soins, varient selon les contextes culturels. La plupart des gens vieillissent chez eux en tant que membres de leurs communautés, ce qui présente des avantages psychosociaux pour les personnes âgées ainsi que pour les différentes générations de membres de la famille. Dans le même temps, prendre soin de personnes dont l’état de santé est dégradé, est accompagné d’efforts physiques, de tensions psychologiques, de deuil lié à la perte en cours et éventuellement de difficultés financières pour l’aidant.

(more…)