Mental ImageryPossible selves

Devenir une meilleure version de soi pour changer son comportement

Winifred Gebhardt, Université de Leiden, Pays-Bas

Il y a environ neuf ans, je suis devenu végétarien du jour au lendemain. Dans un roman que je lisais, le personnage principal expliquait comment il ne pouvait rien manger « dans lequel un cœur battait à un moment donné ». Comme un coup de foudre, ces mots ont sombré. Je me suis rendu compte que c’était exactement ce que je ressentais. J’ai arrêté de manger de la viande et du poisson instantanément et je n’ai eu aucun problème à m’en tenir à ce nouveau régime depuis. Le nouveau comportement correspond parfaitement à la « personne que je suis ».

Inversement, jadis, je faisais du jogging régulièrement et pouvais courir facilement sept kilomètres. Cependant, je ne me suis jamais considéré comme une « personne sportive » et, chaque fois qu’une barrière telle qu’une maladie se présentait, je tombais dans le fait d’être une patate de canapé. Je n’essaye plus d’être « sportive » mais de marcher quand je peux pendant la journée. Je me considère comme une « personne active ».

Nos actions reflètent notre « soi »

Mon comportement de « ne pas manger d’animaux » correspond à ma perception de moi-même. Être végétarien et me comporter comme tel me donne une image positive de mon « moi » en tant que personne attentionnée qui aime les animaux. Chaque fois que je parle de ce choix ou que je décline un plat avec de la viande, mon « moi » s’affirme.

Le fait de savoir que nous percevons ce que nous faisons et ce que nous voulons pour nous sentir bien dans notre peau est un point de départ extrêmement utile pour les interventions de santé. Par exemple, regarder comment des opinions positives de nous-même tirées d’un comportement malsain (p. ex., boire beaucoup de vin pendant le dîner car on se considère comme une personne qui aime bien vivre) peuvent être transformées par d’autres, devenir moins nocives, voire transformées en comportements sains (p. ex., boire une alternative sans alcool qui reflète un mode de vie sain). La clé du changement consiste alors à s’adapter au type de personne que nous considérons être réellement. Cette soi-disant motivation intégrée au changement est, selon la théorie de l’autodétermination, le plus proche possible d’une motivation intrinsèque pure, dans laquelle nous adoptons un comportement pour la joie qu’il procure.

Une partie de notre soi vit dans le futur

Nous, les humains, sommes d’excellents voyageurs temporels en passant presque la moitié de notre temps à fantasmer sur l’avenir. Nous y créons une multitude de possibilités pour ce futur; les options qui ont été appelées « des sois possibles ». Ils dirigent nos images et augmentent notre ouverture aux opportunités liées à nos objectifs. Par exemple, une image de soi future en tant que « non-fumeur » augmente considérablement les intentions d’arrêter de fumer, les tentatives d’arrêter et le succès de cesser. Les fumeurs doivent donc pouvoir se présenter comme des « futurs non-fumeurs » avant de pouvoir réellement arrêter de fumer. Ma collègue Eline Meijer et moi-même menons actuellement des études dans lesquelles les fumeurs imaginent le type de personne qu’ils deviendront s’ils cessent de fumer, et s’ils continuent de fumer. Les participants écrivent sur ces images et fournissent des images / photos qu’ils y associent. L’intervention génère des images telles que : si j’arrête de fumer, je deviens « une femme forte, intelligente et de caractère » ou « un père et un amoureux plus équilibré et insouciant », et inversement: si je continue à fumer, je deviens « tousse, une vieille femme haletante et misérable » ou « un homme anti-social, puant, faible et souffrant ». Une première conclusion frappante est que la plupart des images fournies sont de nature symbolique et ne contiennent pas de personnes ni de produits qui fument. Les associations écrites avec les images incluent : « insouciant », « complet » et « décisif » contre « junky », « dépressif » et « sans espoir ». Nous devons encore déterminer si l’intervention modifie le comportement, mais nous pensons que le fait d’avoir ces « images de soi » facilement accessibles en cas de besoin, par exemple pendant les envies de fumer, aide à rester sur la bonne voie. Il existe déjà des preuves de l’efficacité d’auto-interventions de futurs imaginés pour d’autres comportements liés à la santé, tels que l’activité physique.

Nous prospérons dans les groupes auxquels nous sentons appartenir

Dans la vie quotidienne, résister aux envies de fumer ou aux tentations peut être particulièrement difficile dans les situations sociales. En tant que personne qui arrête de fumer, vous pouvez craindre le rejet social une fois que vous ne vous comportez plus comme vos amis et votre famille. Vous pouvez également manquer des activités partagées appréciées. Une grande partie de notre perception de nous-même est basée sur les groupes sociaux auxquels nous appartenons. Par exemple, la plupart des personnes qui fument ou consomment de la drogue s’associent à des personnes qui utilisent également la même substance. La consommation de substances est un comportement normalisé clé qui définit « l’appartenance au groupe ». Ceci, à son tour, est associé à toutes sortes d’autres qualités précieuses. Par exemple, les jeunes qui suivent une cure de désintoxication peuvent se rendre compte que leurs amis « consommateurs de cannabis » sont toujours ceux qui « leur conviennent le mieux », même maintenant qu’ils ne sont plus toxicomane. Les personnes qui ne fument pas de cannabis sont facilement perçues comme moins respectueuses de leurs valeurs personnelles, plus ennuyeuses ou dépourvues de leur « esprit, de leur loyauté et de leur niveau de maturité ». Cela montre que le défi consistant à rester un membre estimé de son propre groupe social devrait être l’une des priorités de notre programme lorsque nous essayons de soutenir des modes de vie sains.

Ainsi, pour instaurer un changement durable, il est nécessaire que les personnes développent des représentations de soi positives dans lesquelles elles peuvent voir leur futur assumer le nouveau comportement sain qui correspond à leurs propres valeurs et à leur environnement social.

Recommandations pratiques

  1. Le comportement a une importance directe sur l’expérience et l’image de soi. Encouragez les gens à penser de manière créative à ce qu’ils peuvent devenir, par exemple en créant des tableaux d’humeur de leur futur idéal et de leur avenir redouté.
  2. Trouvez des moyens de retrouver les points de vue sur soi liés au nouveau comportement à des moments critiques tels que le désir ou les tentations. Par exemple, collez les ambiances personnalisées sur l’écran de démarrage d’un PC ou d’un smartphone pour vous rappeler pourquoi vous souhaitez réellement changer.
  3. Aidez les gens à intégrer leur nouveau comportement dans le contexte social auquel ils attachent de l’importance, par exemple en mettant en pratique des moyens acceptables de se détourner de la norme de groupe. Par exemple, lorsque vous proposez de l’alcool, cela peut impliquer une politesse « Je l’apprécie vraiment, mais non merci (j’ai déjà eu ma part pour aujourd’hui) », ou inclure le lien partagé: « Wow, vous êtes toujours à l’affût de moi, comme un bon ami. Comment vous en sortez-vous ces derniers temps ? »

Translated by [Nadine Berndt, Alexis Ruffault]