Planification des interventions de changement de comportement basées sur la théorie et les preuves: cartographie d’intervention

Posted on Posted in Behavioural theory, Intervention design

Gerjo Kok, Maastricht University, the Netherlands; University of Texas at Houston, USA

Il existe actuellement un large éventail de campagnes et d’interventions visant à améliorer la santé publique et à modifier les comportements de santé, mais la plupart d’entre elles ne sont pas fondées sur des théories et des preuves. Ce poste décrira brièvement les processus suivis par les psychologues de la santé lors de l’élaboration d’interventions, et soulignera en quoi ceux-ci diffèrent (et améliorent) des processus similaires habituellement fait ailleurs.

Etapes

La planification des interventions de changement de comportement est un processus étape par étape, qui implique parfois de faire deux pas en avant pour un pas en arrière. Ceci est particulièrement important, car chaque étape s’appuie sur les étapes précédentes, et l’inattention à une étape peut conduire à des erreurs et des décisions inadéquates dans une autre. Le protocole de cartographie d’intervention (« Intervention Mapping (IM)») identifie six étapes dans le développement de l’intervention qui aident le planificateur à créer une intervention basée sur la théorie et la preuve:

Étape 1: Évaluation des besoins
Dans cette étape, un groupe de planification, composé de toutes les parties impliquées – y compris la population cible, les parties prenantes, les experts, les chercheurs et les futurs exécutants – évalue le problème. Cela comprend l’identification des causes comportementales et environnementales du problème, ainsi que les déterminants de ces causes comportementales et environnementales. Ces pièces peuvent ensuite être représentées dans un « modèle logique » du problème – comme celui (simplifié) ci-dessous sur la prévention des IST / VIH chez les adolescents – qui offre une image claire de la façon dont les différentes pièces s’emboîtent.

Étape 2: Identifier les objectifs
Une fois que le problème et ses causes sont clairement définis, les résultats et objectifs spécifiques du programme peuvent également être définis. Cela nécessite de spécifier comment les déterminants des comportements individuels et des agents environnementaux auront besoin d’être modifies pour atténuer le problème. Par exemple, à partir du modèle logique ci-dessus, pour promouvoir l’utilisation du préservatif par les adolescents, l’intervention devrait augmenter la perception du risque ainsi que l’efficacité perçue des préservatifs pour réduire la perception du risque. L’intervention devrait également influencer le partenaire directement, si possible, en combinaison avec l’amélioration de l’auto-efficacité de négociation des adolescents. Enfin, en fonction des normes sociétales existantes, l’accès aux services de planification familiale peut être facilité.

Étape 3: Conception de l’intervention

Une intervention cohérente et concrétisable est conçue. Les méthodes d’intervention basées sur la théorie et les applications pratiques pour changer (les déterminants du) comportement sont sélectionnées, et les thèmes, composants, portée et séquence du programme sont générés. Le IM distingue les méthodes de changement de comportement (ou techniques) qui se sont révélées efficaces pour changer les déterminants du comportement et / ou les causes environnementales. Par exemple, la perception du risque peut être augmentée par des informations sur les risques basés sur des scénarios. L’auto-efficacité peut être améliorée par la modélisation et le feedback. Le plaidoyer et le lobbying peuvent influencer la prise de décision au niveau politique. Toutes ces méthodes de changement nécessitent une traduction en applications pratiques, en prenant en compte les paramètres théoriques et basés sur des preuves. Par exemple pour la modélisation: l’apprenant s’identifie au modèle, l’apprenant observe que le modèle est renforcé, l’apprenant a suffisamment d’auto-efficacité et de compétences pour l’action, et le modèle sert de modèle d’adaptation au lieu d’un modèle de maîtrise.

Étape 4: Production d’intervention
C’est la production réelle de l’intervention. La structure du programme est affinée, et les messages et les documents sont rédigés, pré-testés et produits. Pour l’exemple ci-dessus, le programme néerlandais « Long Live Love » a été développé, mis en œuvre et a démontré pouvoir promouvoir les rapports sexuels protégés chez les adolescents dans les écoles.

Étape 5: Plan de mise en œuvre

Un plan de mise en œuvre du programme est généré. Les utilisateurs potentiels du programme sont identifiés, les objectifs de performance et les objectifs de changement pour l’utilisation du programme sont spécifiés, et les interventions de mise en œuvre sont conçues, toujours en utilisant les étapes de l’IM. Pour l’exemple ci-dessus, l’intervention des 14-15 ans ciblait les adolescents dans les écoles. L’intervention de mise en œuvre a ciblé la diffusion dans les écoles, l’adoption du projet par les directeurs d’école et les enseignants, la mise en œuvre correcte par les enseignants, et finalement l’institutionnalisation de l’intervention par les directeurs et les conseils scolaires.

Étape 6: Évaluation du plan d’efficacité

Le développement de l’intervention n’est pas la fin du projet. Il est également important d’évaluer si une intervention a atteint ses objectifs (c.-à-d. évaluation de l’efficacité) et si l’intervention a été mise en œuvre comme prévu (c.-à-d. évaluation du processus). Les activités pour les étapes 5 et 6 devraient commencer le plus tôt possible dans le processus de planification. Les informations issues de ces évaluations peuvent être utilisées pour affiner et améliorer les interventions, en passant d’une étape à l’autre.

Perspectives générales

La planification des interventions de changement de comportement devrait toujours :

(1) Utiliser les théories du comportement et les preuves comme fondements ;

(2) Adopter une approche écologique pour évaluer et intervenir dans les problèmes (de santé) ; et

(3) S’assurer que les acteurs des communautés ciblés et autres parties prenantes participent.

Une personne ayant un problème de santé fait partie d’un système, tout comme la solution potentielle au problème de santé. Par conséquent, une large participation à travers les différents niveaux d’un système peut apporter un plus large éventail de compétences, de connaissances et d’expertise à un projet et peut améliorer l’applicabilité de l’intervention dans des contextes réels et la meilleure façon d’évaluer l’intervention.

Processus clés

L’IM suggère également des « processus de base », des actions clés pour appliquer la théorie et des choses observables : poser des questions, proposer des brainstormings, examiner les résultats empiriques, accéder et utiliser la théorie, identifier et répondre à la nécessité de nouvelles recherches.

En particulier, le processus d’accès et d’application de la théorie est le défi auquel les psychologues de la santé sont spécialement formés. En cherchant des preuves sur le sujet dans la littérature, le planificateur de programme rencontrera des idées théoriques, ainsi que des concepts qui peuvent être liés aux théories. Enfin, les planificateurs peuvent utiliser des théories qui leur sont familières, par exemple la théorie du comportement planifié pour les déterminants du comportement, ou les théories autorégulatrices du changement de comportement.

Recommandations pratiques
• Chaque groupe de planification d’une intervention de changement de comportement devrait avoir un expert en sciences du comportement parmi ses membres, p. ex. un psychologue de la santé bien formé.
• Lors de l’élaboration d’interventions de changement de comportement, on devrait utiliser la théorie et les données probantes, adopter une approche systémique et améliorer la participation à l’intervention.
• La planification des interventions de changement de comportement est un processus étape par étape, dans lequel chaque étape s’appuie sur celles qui le précèdent. Le protocole de cartographie d’intervention peut aider les utilisateurs à franchir ces étapes.
• Les « processus clés » peuvent aider les psychologues de la santé à trouver des réponses théoriques aux questions de planification.
• Les clés particulièrement pertinentes pour planifier des interventions : identifier les déterminants modifiables et importants du comportement, en tenant compte des paramètres théoriques qui rendent efficaces les méthodes de changement de comportement, et s’assurer que l’intervention est mise en œuvre comme prévu.