Goal settingMotivationSelf-regulation

Motivation et premiers pas vers l’activité physique

Keegan Knittle, University of Helsinki, Finland

Voici une histoire familière tirée des soins primaires : une personne qui bénéficierait clairement d’une augmentation de son activité physique entre dans la clinique. Nous discutons de son (in) activité physique et, à la fin, la personne dit qu’elle n’est pas simplement motivée pour changer. Qu’est-ce qu’un clinicien est censé faire ? Comment pouvons-nous motiver cette personne à envisager au moins de modifier son comportement pour le mieux ? Ou mieux encore, comment pouvons-nous l’aider à former de bonnes intentions à être physiquement actif ?

Lors de consultations avec des personnes « non motivées », les cliniciens commencent généralement par donner des informations sur les bénéfices de l’activité physique. Ils peuvent également conseiller à la personne de devenir plus active, mais ce faisant, ils peuvent oublier de tenir compte de leurs propres préférences en matière d’exercice physique. Bien que ces efforts d’information et de conseil soient bien intentionnés, ils ne produiront probablement pas de réels changements. En fait, si 26 personnes inactives reçoivent des conseils en matière d’activité physique, il est probable qu’une seule d’entre elles atteindra par la suite les niveaux d’activité physique recommandés.

D’autres cliniciens vont plus loin dans leurs conseils et incitent les gens à changer en disant : « Vous devez changer » ou « vous devez être plus actifs MAINTENANT ». Ces approches plus forcées de la promotion de l’activité physique peuvent en réalité se retourner contre la personne, et augmenter la résistance de la personne au changement. Dans des circonstances extrêmes, un clinicien peut même essayer d’inciter la personne à changer, en énumérant les conséquences néfastes pour la santé si elles ne changent pas. Les efforts visant à apeurer les gens pour les faire changer sont généralement inefficaces, à moins que l’individu ne se considère capable de changer. La question demeure donc : quel est la meilleure approche pour motiver les gens à augmenter leur activité physique ?

En 2018, notre groupe a publié une grande méta-analyse qui tentait de répondre à cette question. Nous avons d’abord examiné plus de 100 interventions différentes de promotion de l’activité physique et identifié les techniques de changement de comportement que chacune d’elles utilisait. Nous avons ensuite essayé d’identifier les techniques de changement de comportement qui ont conduit à une augmentation de la motivation pour l’activité physique. Les résultats ont révélé deux groupes principaux de techniques de changement de comportement qui semblent augmenter la motivation.

Le premier groupe était constitué de techniques d’autorégulation. Dans nos analyses, les techniques d’autorégulation (c’est-à-dire l’autosurveillance des niveaux d’activité physique, obtenir des feedbacks sur les performances, fixer des objectifs d’activité physique, élaborer des plans d’action et utiliser des stratégies de résolution de problèmes pour surmonter les obstacles à l’activité physique) ont toutes eu des effets sur la motivation. De plus, les interventions qui utilisaient une stratégie d’autosurveillance associée à au moins une autre technique d’autorégulation augmentaient plus la motivation que d’autres interventions. Des études antérieures ont montré que les techniques d’autorégulation sont très importantes pour modifier les comportements (par exemple, l’activité physique, l’alimentation, le tabagisme) et notre étude a montré qu’elles étaient également très importantes pour augmenter la motivation. Par conséquent, amener les gens à essayer certaines techniques d’autorégulation peut les aider à devenir plus actifs et à se sentir plus motivés.

Le deuxième groupe consistait en des techniques de changement de comportement liées à la participation à des cours d’exercices physiques, y compris des instructions sur la manière de réaliser une activité physique, des démonstrations et des possibilités de pratiquer de nouveaux modes d’activité physique. Les interventions faisant appel à cet ensemble de techniques et les interventions livrées en personne ou à des groupes de personnes ont entraîné une augmentation de la motivation pour l’activité physique. Cela peut être dû au soutien social reçu par les formateurs ou aux opportunités de comparaison sociale (et de divertissement) fournies par les autres participants du groupe. Bien qu’il puisse sembler décourageant pour une personne inactive de se lancer tout de suite dans un groupe d’exercice physique en groupe, il y a de fortes chances pour que cela augmente sa motivation à être actif.

En conclusion, il n’existe pas de méthode efficace à 100% pour motiver une personne à pratique de l’activité physique, mais nos recherches suggèrent qu’encourager l’autorégulation et la participation à des cours d’exercices physiques pourraient être un bon début. Alors, la prochaine fois que vous rencontrerez un client ou un patient qui gagnerait à bouger un peu plus, essayez quelques-uns des conseils pratiques ci-dessous. Ils ne fonctionneront peut-être pas pour tous les individus, mais au moins ils vous donneront quelques outils supplémentaires à utiliser dans vos efforts à motiver les autres.

Bonne chance à motiver les gens !

Recommandations pratiques
1. Surveiller. Demandez aux individus de suivre leurs niveaux d’activité physique en utilisant une application, un suivi d’activité ou un journal papier. Offrez un flyer qui répertorie quelques options d’autosurveillance que vous recommanderiez vous-même.

  1. Réviser. Demandez à la personne de vérifier son autosurveillance pour voir si elle est aussi active qu’elle le pensait et pour identifier les moments où l’activité physique pourrait s’intégrer à son emploi du temps.
  2. Fixer un objectif et faire des plans. Demandez à la personne de définir un objectif d’activité physique réaliste par rapport à ce qu’elle fait actuellement (étapes 1 et 2 ci-dessus) et de planifier quand, où et comment elle va l’atteindre.
    4. Just do it. Proposez à la personne une liste des différentes activités physiques à pratiquer en groupe, des associations sportives pour adultes ou des parcs de la région et aidez-la à choisir les activités les plus intéressantes pour elle. En outre, reconnaissez qu’il est très difficile de commencer, mais cela peut les aider à se sentir plus motivés.
    5. Concentrez-vous sur la motivation. Dites à la personne qu’il est normal de ne pas se sentir motivé et que les recherches suggèrent que ces stratégies peuvent les aider à devenir plus actifs tout en renforçant leur motivation.

[Translated by Nadine Berndt, Alexis Ruffault]

Please follow and like us: