Que se passe-t-il avec les médicaments lorsqu’on rentre à la maison ?

Posted on Posted in Medication adherence

Kerry Chamberlain, Massey University, Auckland, New Zealand

Que fait-on avec les médicaments une fois qu’ils pénètrent notre foyer ? Étonnamment, peu d’études ont tenté de répondre à cette question. Cependant, il s’agit d’un sujet important : la plupart des médicaments sont consommés à la maison, sous le contrôle du consommateur. Les médicaments sur ordonnance sont réglementés, mais une fois prescrits et recueillis, ils sont présumés être pris conformément aux instructions. Les personnes peuvent également accéder à une large gamme de médicaments en vente libre (par exemple, pour soulager la douleur), de médicaments alternatifs (par exemple, des préparations homéopathiques) et à d’autres préparations liées à la santé qui sont moins évidentes (par exemple, des suppléments diététiques, des boissons probiotiques, …). Cependant, il convient de noter que l’accès à toutes les formes de médicaments peut varier considérablement d’un pays à l’autre.

Les médicaments de toutes sortes sont des objets sociaux complexes et c’est une erreur de les considérer simplement comme des technologies médicales, efficaces pour soigner ou pallier les problèmes de santé lorsqu’ils sont pris conformément aux recommandations. Les médicaments ont une efficacité dose-réponse très variable. Certains (par exemple, le paracétamol) ont un index thérapeutique large (ils sont facilement tolérés pour une large gamme de posologies), tandis que d’autres (par exemple, la lévothyroxine) ont un index thérapeutique étroit (par exemple, de petites différences de dose peuvent entraîner de graves effets thérapeutiques et/ou réactions indésirables graves). En outre, tous les médicaments ont des effets secondaires, certains mineurs et que la plupart des utilisateurs ne remarquent pas, d’autres plus graves et potentiellement graves. Bien que les médicaments puissent avoir des effets variables, la tolérance aux médicaments diffère également considérablement d’une personne à l’autre, et cette tolérance peut changer avec le temps en cas de consommation répétée du médicament.

 

Nous avons des preuves substantielles que seulement environ la moitié des médicaments sur ordonnance sont pris conformément aux directives. Cela se produit pour diverses raisons, notamment l’expérience d’effets secondaires, les préoccupations liées à la dépendance, les convictions quant à la maladie, les médicaments et les traitements.

Par conséquent, il est important de comprendre comment les gens voient les médicaments dans leur vie quotidienne. Nous avons mené une étude auprès de membres de 55 ménages choisis volontairement dans quatre villes de la Nouvelle-Zélande. Leur adhérence aux médicaments ne nous intéressait pas, mais nous avons demandé de discuter leurs pratiques par rapport aux médicaments, de cartographier les lieux où se trouvaient des médicaments de toutes sortes dans leur maison et de discuter de tous les médicaments qui se trouvaient chez eux.

 

Les principaux résultats de cette étude étaient :

● Une grande variété de médicaments de toutes sortes – sur ordonnance, en vente libre et alternative – se trouvent dans tous les ménages et sont largement distribués à domicile. Leur placement était organisé et important, avec des médicaments partagés stockés de manière centralisée (cuisines et salles de séjour), des médicaments personnels situés dans des espaces plus privés (chambres, salles de bains) et des médicaments plus anciens entreposés (dans des placards et des greniers). Cette mise en place de médicaments reflétait les relations familiales et les pratiques de soins au sein des ménages.

  • Les participants comprenaient et utilisaient les médicaments de manière très différente, allant de la résistance à l’utilisation aux différentes manières de s’y conformer, de les modifier ou de les étendre, en fonction du type de médicament et de la maladie concernée.

○ Par exemple, certains étaient particulièrement préoccupés par la prise d’antibiotiques: « Je n’aime pas prendre d’antibiotiques… les antibiotiques devraient être conservés en cas d’urgence grave ».
○ D’autres personnes prenant des médicaments psychotropes ont réduit leur consommation en raison d’effets secondaires et de dépendance: « Je voulais fonctionner comme un membre actif de la société… pour me rétablir, je devais abandonner réellement le médicament ».
○ Les personnes qui utilisent des médecines alternatives ont souvent résisté aux médicaments allopathiques: « Je préfère attendre, ou essayer toute autre alternative plutôt que de prendre des médicaments ».
○ D’autres ont modifié les doses en fonction des symptômes: « On m’a prescrit une dose plus forte, mais j’ai simplement décidé d’essayer de la maintenir aussi basse que possible ».

  • Ces pratiques quotidiennes en matière de médicaments étaient dictées par la compréhension de la valeur et de la place des médicaments dans la société. Les médicaments peuvent engendrer des troubles lorsque leurs stratégies marketing et les propos des médias évoquent la peur et l’anxiété de substances artificielles ou incontrôlables. Ils peuvent aussi créer de l’ordre, dans la mesure où ils sont censés fournir un « équilibre » et restaurer l’ordre et le contrôle. Les médicaments invoquaient également la moralité, considérés comme « un mal nécessaire » nécessitant une vigilance personnelle dans leur consommation, ou lorsque leur consommation impliquait une personne malade « moralement défaillante » ou un corps défaillant stigmatisé, créant des identités qu’il fallait gérer.

 

Plutôt que de considérer les pratiques de médication profanes comme mal informées ou irrationnelles, nous soutenons qu’elles ont leur propre logique, informée par une « pharmacologie profane », dans laquelle les perspectives des patients en matière de médication se situent à la fois dans les conditions dans lesquelles elles sont administrées et dans leurs récits de santé personnels. Cette capacité pharmacologique profane influence et modifie les pratiques de prise de médicaments à la maison de la manière décrite ci-dessus, et fournit une perspective manquante dans de nombreuses approches de la compréhension de la prise de médicaments. Les médicaments à la maison ont leur propre vie sociale.

 

Recommandations
● Les praticiens en psychologie de la santé doivent comprendre que la prise de médicaments est une pratique sociale et la considérer comme telle, plutôt que la considérer uniquement d’un point de vue biomédical.
● L’utilisation des médicaments peut être mieux comprise comme localisée dans des pratiques situées, et en particulier dans les pratiques domestiques temporelles et spatiales intégrées dans la vie quotidienne du foyer. Les praticiens en psychologie de la santé qui souhaitent intervenir sur la prise de médicaments doivent discuter et découvrir ces pratiques, et doivent donner des conseils en rapport avec la dynamique sociale et contextuelle influençant l’utilisation quotidienne des médicaments par les patients.
● Les praticiens en psychologie de la santé devraient discuter ouvertement la prise de médicaments avec les patients et tenter de trouver des recommandations à l’intention de leurs patients, comprendre comment ils voient et valorisent les médicaments, et comment intégrer les pratiques de prise de médicaments dans leur vie quotidienne.

 

 

Translated by [Nadine Berndt, Alexis Ruffault]